Énergie de secours au gaz en Roumanie

HIMOINSA alimente en électricité l'un des plus grands gazoducs du sud-est de l'Europe, qui transportera le gaz naturel produit dans la mer Noire jusque dans les pays du sud-est et du centre du continent européen.



Une fois de plus, les groupes électrogènes HIMOINSA se distinguent dans des projets stratégiques, en apportant une alimentation électrique sûre et fiable. Ce projet, réalisé en collaboration avec All Generating, distributeur d'HIMOINSA en Roumanie, utilise le modèle HGM-740 T5 NG au gaz naturel, qui délivre 741 kVA d'énergie de secours destinée à approvisionner les installations du nouveau gazoduc du « Projet BRUA ».

Le groupe a été installé dans un conteneur spécial insonorisé de 40 pieds de long, dont la configuration a été adaptée pour fonctionner en connexion avec le système de gaz du gazoduc. Pour limiter au maximum les niveaux de bruit, un silencieux pour le secteur résidentiel permet d'atténuer les émissions de -35 dB.



Ce groupe électrogène est conçu comme un équipement de réserve installé dans une station de compression de gaz pour répondre rapidement en cas de panne de réseau. Il assure ainsi la continuité du flux de gaz canalisé et la sécurité de l'installation.

                          

Le gaz naturel a été choisi comme carburant, car cela permettait un raccordement direct au système général du gazoduc, tout en constituant une solution plus rentable, efficace et responsable vis-à-vis de l'environnement.






Le gazoduc BRUA s'inscrit dans le cadre du forum « Initiative des trois mers » (ITM) promu par l'Union européenne, dont l'objectif est le développement économique des régions comprises entre les mers Baltique, Noire et Adriatique. Ce gazoduc comprend une voie directe de transport de gaz naturel qui traverse la Roumanie dans les quatre directions, et reliera le pays aux réseaux de gaz naturel de la Bulgarie, la Hongrie et l'Autriche. Dans une première phase du projet, la capacité annuelle maximale de transport sera de 1,5 milliard de m
3 vers la Bulgarie et 500 millions de m3 vers la Roumanie. Il est par ailleurs estimé qu'en raison des prospections de gaz réalisées dans la mer Noire, le projet se prolongera de 300 km supplémentaires pour augmenter la capacité du réseau de distribution.